le SEO local et le SEO international

Chaque projet SEO peut demander une démarche différente selon la situation de l’entreprise. Comme ça peut dépendre du secteur et de l’utilisateur, ça dépend aussi de la possible portée de l’entreprise.

Il n’est pas bon de cibler tous les internautes pour toutes les requêtes possibles. L’objectif n’est pas quantitatif. L’idéal serait que la bonne audience trouve vos pages et donc votre produit.

Pour cela, il faut différencier plusieurs éléments, et aussi le SEO local de l’international. Exactement comme dans une technique de ciblage de marketing traditionnel, nous sommes dans un ciblage de marketing digital.

 

Le SEO Local

Google myBusiness 

Google My Business est une interface qui s’adresse avant tout aux entreprises locales. L’inscription demande de prouver son adresse et ce sera la première chose d’ailleurs donc Google MyBusiness est responsable : Montrer l’existence de l’entreprise sur Google Maps.

L’outil vient faciliter les démarches de communication sur Google. Les clients peuvent demander itinéraire, appeler directement et consulter des informations. L’extrait des résultats Maps les plus proches mais aussi les plus pertinents peut apparaître directement sur les SERP quand la requête peut sembler locale pour Google.

Optimisation mobile

Google favorise l’apparition des entreprises locales lorsqu’on fait une recherche sur mobile. Aujourd’hui Google part de façon générale sur une optique Mobile First et ceci est vérifiable sur Google Search Console sur le rapport couverture (on peut voir le robot d’exploration principal qui peut migrer sur Mobile ou rester sur desktop également)

On est souvent à moins de deux kilomètres de là où on va finalement aller quand on fait une recherche sur mobile et ça, Google a compris qu’il faut s’y adapter.

Il faut donc optimiser les qualités de la version mobile de son site internet : qualité de navigation, ergonomie, Google Speed Update, SXO…

 
 

 

Le SEO international

Traduire son site pour le SEO

Google favorise l’apparition des entreprises avec des sites traduits lorsqu’on souhaite apparaître sur d’autres pays.

Il faut penser à l’utilisation des extensions nationales pour chaque version traduite du site (ES, UK…) sinon utilisez l’extension COM avec répertoires (par exemple pour l’Espagne : www.exemple.com/es )

 

Avant ça, demandez vous si vous avez raison de vous intéresser à ce public et si c’est une cible adaptée.

N’oubliez pas de déclarer la langue et le pays dans l’entête de chaque page. Voici des exemples pour la France, le Canada et l’Espagne :

 

<link rel=”alternate” hreflang=”fr-fr” href=”https://www.monsite.fr” /> 
<link rel=”alternate” hreflang=”fr-ca” href=”https://www.monsite.ca” />
<link rel=”alternate” hreflang=”es-es” href=”https://www.monsite.es” />

 

2 normes ISO sont utilisées pour les spécifications langues et pays : La norme  ISO 639-1 pour la langue et la norme  ISO 3166-1 alpha 2 pour les pays.

Le plus compliqué pour une traduction d’un site web est le maillage interne et OffSite qui doit être reconstruit. En effet, le Netlinking OffSite est tout entièrement à refaire.

 
 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *